Vous êtes ici : Mairie d'Yvré l'Evêque» Ville» Histoire » Origines des rues et chemins

Origines des rues et chemins

Un certain nombre de rues ou de chemins de notre commune portent le nom de personnages illustres dont voici une première liste.

Cette rubrique sera progressivement complétée au fil du temps. Si vos connaissances permettent d’alimenter cette rubrique, n’hésitez pas à nous en faire part en contactant la mairie ou en envoyant un mail :
contact@ville-yvreleveque.fr

  • Rue CAILLAUX

Cette rue honore Eugène et Joseph Caillaux, deux figures sarthoises de la IIIe République.

Eugène Caillaux (1822-1896) fut député royaliste de la Sarthe (1871), sénateur, conseiller général, enfin maire d’Yvré de 1890 à 1896 alors qu’il résidait au Château de Vaux. Ingénieur des Ponts et Chaussées, il a conçu le tunnel du mans qu’il inaugura en qualité de ministre des finances en 1877.

Joseph Caillaux (1863-1944), jeune inspecteur des finances de 33 ans tenta de succéder à son père aux élections partielles d’Yvré en 1896. Il échoua, mais en 1898, soutenu par les Républicains de Mamers, il fut élu député de la Sarthe. Ministre des finances à plusieurs reprises, il attacha son nom à l’établissement de l’impôt sur le revenu. Partisan de la paix avec l’Allemagne, il fut arrêté en 1917 et emprisonné. Amnistié en 1925, il participa à la vie politique jusqu’en 1940.

  • Rue GOUGEARD

Auguste Gougeard (1827–1886), ancien capitaine de frégate, fit campagne en Afrique, en Crimée, en Extrême-Orient, mais il dut renoncer à servir en mer pour raison de santé.
Fin 1870, Gougeard servit sous Chanzy, dans la IIe armée de la Loire et s’illustra à la Bataille du Mans, les 10 et 11 Janvier 1871. A la tête de ses troupes, il reprit le plateau d’Auvours aux Prussiens, permettant ainsi à l’armée de la Loire d’opérer librement sa retraite du Mans.
Très lié à Gambetta, il devint ministre de la Marine en 1881-1882. Ses opinions politiques de gauche lui avaient valu le surnom de « chaloupier rouge ».
Après sa mort en 1886, et selon sa volonté, son corps fut déposé dans un des caveaux du monument d’Auvours.

  • Avenue GUY BOURIAT (1902-1933)

Ce jeune pilote Bugatti participa plusieurs fois aux 24 heures du Mans et aux autres grandes courses automobiles : Pau, Monaco et Péronne … où il se tua le 21 mai 1933, lors d’un dépassement dans une ligne droite, en luttant de vitesse contre le pilote Etancelin.
Pilote automobile « de grande valeur » (la Sarthe du 22 mai 33), Guy Bouriat était membre de la famille Bouriat, propriétaire du Château des Arches depuis le milieu du XIXe siècle. Son oncle, le comte Raymond Bouriat fut maire d’Yvré (1896-1902).

  • Rue JULES POTTIER

Jules Pottier (1880-1945), ouvrier en mécanique, s’installa avec sa famille dans cette modeste rue de Béner où il vécut jusqu’à son arrestation par la gestapo, le 20 novembre 1943.
A partir des années 30, il consacra sa vie à la défense de la condition ouvrière. Dès le début de la guerre, il organisa au nom du Comité d’Aide contre la Déportation des ouvriers en Allemagne, la distribution de pièces d’identité, cartes de travail, journaux clandestins de résistance.
Appartenant au mouvement de résistance « Libération Nord », il fut arrêté et déporté au camp de Buchenwald où il mourut de maladie et d’épuisement, le 7 mars 1945 alors que les canons tonnaient au loin…

  • Rue de la LIBÉRATION

C’est par cette voie que le 8 août 1944, vers 11 heures, les libérateurs d’Yvré descendant la côte du Polucan, entrent dans le village.
« Les habitants qui sortaient de leurs abris purent admirer la longue file de chars d’assaut et se rendre compte de la puissance des forces armées des nations unies ; la colonne était interminable se prolongeant sur plusieurs kilomètres … » (Robert Lebreton, journal de l’Été 1944).